Prévention

Prévention des vers du coeur et de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme

Le chien peut être affecté par la maladie de Lyme, tout comme l'homme et de nombreuses autres espèces animales. Cette infection bactérienne transmise par la tique est de plus en plus présente dans le sud du Québec où elle est en nette progression vers le nord. Lorsque la tique mord le chien, il faut quarante-huit heures de contact en moyenne pour qu'il y ait transmission de l'infection.

L'animal infecté peut demeurer sans symptômes plusieurs mois avant les premières manifestations de la maladie. Aux premiers stades, le chien sera fiévreux et apathique avec douleur musculaire et articulaires pouvant causer boiterie. Lors de stades plus avancés, des complications plus sérieuses peuvent être observées (lésions cardiaques, nerveuses, cutanées, etc.)

Il est possible de détecter la présence de la bactérie via une prise de sang. Le traitement implique plusieurs semaines d'administration d'antibiotiques avec anti inflammatoires.

Il faut surveiller activement la présence de tiques après chaque promenade. Si la tique est retirée dans les trente-six à quarante-huit heures après sa fixation, le risque de transmission de la maladie est beaucoup moins élevé. Les antiparasitaires externes sont à utiliser régulièrement. De plus, il existe un vaccin avec rappel annuel qui permet de limiter les risques chez les sujets les plus exposés et dans les régions les plus touchées.

Vers du coeur

Il s'agit d'un parasite transmis par les maringouins à l'intérieur desquels il doit subir une maturation qui se fait principalement durant les mois chauds de l'été. En Outaouais, toute la région au sud de Maniwaki est à risque. La prévalence est plus élevée en campagne en raison de la présence de canidés sauvages comme les renards ainsi que les coyotes qui peuvent servir de réservoir. Une fois l'animal infecté, le vers migre vers le cœur et provoque de l'insuffisance cardiaque. Le coût du traitement est élevé et potentiellement toxique pour le patient alors prévention est toujours préconisée. Plusieurs médicaments préventifs peuvent être utilisés efficacement pour protéger l'animal tout en procurant une couverture élargie contre d'autres parasites comme les puces, les mites d'oreille ainsi que les vers intestinaux. Le dépistage du parasite via une prise de sang est toujours recommandée surtout chez les individus ayant eu une prévention jugée inadéquate dans le passé.