Posté le 07 Juin 2018

L'alimentation du chat

On sait que le chat est un petit être supersensoriel fort bien équipé pour percevoir ou communiquer avec le monde qui l'entoure. On connaît bien son sens extraordinaire de l'ouïe qui lui permet d'entendre des sons extrêmement aigus. Il peut aussi localiser avec une justesse inouïe les proies grâce à sa capacité de pouvoir mouvoir son pavillon de l'oreille. 

On connaît aussi son sens de la vue, le sens le plus important chez le chat. Ses yeux sont ronds, laissant pénétrer un maximum de lumière. Il possède aussi des pupilles qui peuvent s'adapter très rapidement à plus ou moins de lumière.
Un sens que l'on connaît moins bien chez le chat est le goût. On sait qu'il est plus pointilleux sur sa nourriture, et les célèbres Morris et Garfield en ont certainement fait grandement état. C'est pourquoi les fabricants de nourriture féline se doivent de faire des tests de goût extensifs pour déterminer la composition idéale des aliments qu'ils offrent commercialement. Même si la composition d'un aliment répond exactement aux besoins du chat, faut-il encore que le chat l'aime et l'accepte. Les centres de recherche des principaux fabricants de nourriture canine et féline se sont beaucoup attardés sur le sens du goût chez le chat et sur son comportement alimentaire.


Le goût est simplement une sensation perçue au moment de la stimulation de récepteurs nerveux principalement localisés sur la langue, mais également sur tout l'intérieur de la bouche, et c'est vrai chez toutes les espèces, incluant l'homme. Grâce à ces récepteurs, appelés papilles gustatives, l'animal peut évaluer l'appétence d'un aliment et rejeter les substances toxiques, généralement caractérisées par un goût amer. Le nombre de papilles gustatives varie considérablement d'une espèce à une autre. Ainsi, le chat possède quatre fois moins de papilles gustatives que le chien et presque vingt fois moins que l'homme.


Les recherches ont montré que les carnivores domestiques semblent capables de faire la différence entre les saveurs sucrées, acides, salées et amères. Puis, pour arriver à déterminer quelles étaient les saveurs préférées des chats, les chercheurs ont observé leur comportement devant un choix de deux types d'aliments. Ils en ont conclu que contrairement à d'autres mammifères, les chats ne sont pas particulièrement attirés par les substances sucrées. Si un aliment est trop acide, les chats le rejettent rapidement. En revanche, ils semblent percevoir les saveurs salées plus facilement que d'autres espèces. Enfin, ils sont très sensibles aux substances amères, qu'ils associent souvent à des substances toxiques.
Évidemment, le goût peut varier d'un animal à l'autre.


LE NOMBRE DE REPAS
Si le chien accepte d'être nourri matin et soir et qu'il vide généralement son plat, le chat, lui, préfère nettement plusieurs petits repas par jour. Il est plutôt un « grignoteux » qui vide rarement son plat d'un coup. L'observation de chats dans la nature a montré qu'ils mangent jusqu'à 15-16 petits repas quotidiennement. L'alimentation ad lib est donc l'idéal, particulièrement lorsque le chat est habitué aux aliments secs.
C'est le sens du goût qui stimule la production de salive et les sécrétions de sucs digestifs de l'estomac et du pancréas, les deux principaux organes qui participent à la digestion des aliments ingérés.

www.omvq.qc.ca

Archives